La Royal Air Maroc mise à mal par la grève de ses pilotes

La Royal Air Maroc mise à mal par la grève de ses pilotes

Après une vingtaine de vols annulés ce week-end, en raison d’une grève des pilotes, la compagnie aérienne Royal Air Maroc (RAM) a de nouveau annulé ce lundi 6 aout, 9 vols, mettant dans l’embarras ses passagers.

Ainsi la compagnie propose à ses passager, deux options, soit le report de la date de leur voyage avant le 15 Août sans frais supplémentaires, soit, ils se font rembourser le billet en cas d’annulation du voyage.
Royal Air Maroc rassure qu’elle déploie tous ses efforts pour remédier à cette situation et présente ses excuses pour les désagréments occasionnés à ses clients par l’annulation de ses vols.
A signaler que la compagnie aérienne parvient à assurer les vols programmés pour le pèlerinage en faisant recours à des moyens extérieurs, notamment la location d’avions avec leur équipage.
Quelque 68 vols sont prévus par la RAM pour transporter les 16.000 pèlerins marocains devant se rendre en Arabie Saoudite pour y accomplir le rituel.
Depuis une quinzaine de jours, la RAM traverse une zone de forte turbulence marquée par l’annulation de plus de 140 départs depuis le début de la crise le 20 juillet dernier avec son personnel navigant.
Depuis le début du mois, il n’y a plus aucune négociation entre la RAM et l’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL) qui dément toute organisation d’une grève pour obtenir gain de cause dans ses revendications salariales.
Selon l’AMPL, le blocage des négociations se situe au niveau de l’échelonnement des revalorisations. « La RAM nous demande d’échelonner les revalorisations, même pour les nouveaux pilotes. Cela peut créer une inégalité en termes de salaires », indiquent les pilotes.

Pourtant, l’AMPL affirmait la semaine dernière que la question des salaires n’est pas la priorité des pilotes en ce moment. A l’en croire, c’est la réduction des heures de vols qui est à l’ordre du jour.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.