Fusion de deux banques du Malawi pour créer une institution non bancaire

Fusion de deux banques du Malawi pour créer une institution non bancaire

Les autorités malawites ont présenté ce mercredi, la Malawi Agricultural and Industrial Corporation (Maic) Plc, une institution financière née de la fusion entre la banque nationale de développement et la banque agricole.

Placée sous surveillance de la CDH Investment Bank (CDHIB), une entité privée, la nouvelle institution sera dotée d’un capital de 25 millions de dollars apporté par l’Etat, indique Lilongwe.

La mise en place de la Maic Plc fait suite à deux études préalables réalisées en 2013 et en 2018, et dont les rapports avaient indiqué que la banque agricole et celle de développement étaient confrontées à des problèmes de gouvernance.

Selon les responsables du nouvel organisme, qui ne sera pas une institution bancaire, la Maic travaillera en collaboration avec les banques et les institutions financières existantes et constituera une source de capitaux pour les secteurs de l’économie sous-desservis, accélérant ainsi la croissance et le développement économiques du pays, soutiennent les autorités.

Maic jouera un rôle de premier plan en partenariat avec le gouvernement, le secteur privé et les investisseurs internationaux en tant que catalyseur du développement socio-économique, de la création d’emplois et de la création de richesse au Malawi, apprend-t-on.

Dès l’annonce de cette nouvelle institution, le Fonds monétaire international (FMI) n’a pas caché, dans un communiqué publié ce  mercredi, son inquiétude quant à l’état actuel de la gestion des risques dans le système bancaire national.

En effet, le FMI a appelé les autorités malawites « à maintenir la dynamique récente en faveur de la sauvegarde et du renforcement de la stabilité du secteur financier en améliorant la gestion des risques des banques et en surveillant de près les grands emprunteurs », en plus d’une plus grande flexibilité du taux de change qui protégerait l’économie des chocs extérieurs et préserverait la compétitivité.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.