Algérie : La défense du territoire coûte très chere

Algérie : La défense du territoire coûte très chere

refugies-frontiere-libyeLa crise libyenne, l’immigration clandestine, la guerre menée par les services de sécurité contre le crime organisé et le trafic de drogue, la lutte contre le terrorisme sur la bande sahélienne, toutes ces opérations indispensables à la sécurité nationale algérienne exigent des besoins financiers phénoménaux estimés selon des sources sécuritaires à près de 7 milliards de dollars US.
Afin de préserver sa souveraineté nationale, l’Algérie se doit de mobiliser des moyens matériels mais également des moyens humains, une part importante du budget des 7 milliards de dollars US devant être consacrée à la formation. Les menaces aux frontières algériennes se font de plus en plus persistantes avec la détérioration de la situation sécuritaire en Libye offrant des millions de pièces d’armes légères et lourdes aux rebelles, mercenaires et autres réseaux terroristes et la fragilisation de la Tunisie. L‘Algérie a au total près de 4 000 kilomètres à surveiller avec le Niger, le Mali et la Mauritanie, tous trois foyers d’AQMI (Al Qaïda au Maghreb Islamique).

A cela s’ajoutent les charges occasionnées par l’arrivée des milliers de réfugiés et autres migrants clandestins, dont le nombre a été estimé à près de 10 000, fuyant la guerre en Lybie. L’Algérie est appelée à maîtriser ses domaines militaires, du renseignement interne et externe, de la prévention des crises et de la protection du territoire et des populations.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.