Tunisie : Plus de concret dans les programmes économiques des partis politiques

Tunisie : Plus de concret dans les programmes économiques des partis politiques

Après les bouleversements majeurs auxquels ils continuent à faire face, les tunisiens aspirent à des lendemains plus prospères. Dans ce sens, les économistes tunisiens réunis en session de formation les 23 et 24 juillet 2011 à Hammamet à l’initiative de l’AET (Association des Economistes Tunisiens) en ont appelé aux partis politiques.
Leur rencontre qui avait pour thème « Les programmes économiques des partis politiques » a abouti  à la déclaration suivante : «  Les partis politiques doivent identifier des objectifs quantitatifs clairs dans leurs programmes économiques et présenter les mécanismes de leur concrétisation ».

Cette notion d’objectifs quantitatifs qui, de prime abord, semble évidente l’est somme toute beaucoup moins dans la pratique. En effet, selon les animateurs de la rencontre, sur la centaine, voire plus,  de partis politiques que compte la Tunisie, seule une faible part a déjà identifié des programmes économiques. Et encore, selon Mohamed Haddar, le président de l’AET, la plupart de ces programmes sont plus des slogans qui n’ont aucune vision future globale. Les objectifs ciblés doivent pourtant refléter les attentes de toutes les catégories de la population tunisienne. Le pays compte actuellement 700 000 chômeurs dont 200 000 sont des diplômés du supérieur et la croissance économique ne devrait pas dépasser 1% en 2011.
Les économistes tunisiens invitent donc les partis politiques à présenter un plan de relance économique viable à court terme capable de permettre au pays de faire face aux différents défis auxquels il est confronté tels que la pauvreté et les écarts régionaux.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.