Maroc : Equilibrer les ressources en eau entre le Nord et le Sud

Maroc : Equilibrer les ressources en eau entre le Nord et le Sud

agricultureLes deux prochaines années devraient voir le lancement d’un immense projet de transfert d’eaux du Nord vers le Sud du Maroc.
L’on parle d’un volume de transfert annuel de 845 millions de m3 d’eau. Le coût de ce projet titanesque tourne autour de 4.7 milliards de dollars US. L’information émane de responsables marocains chargés des questions de l’eau et de l’agriculture.
Malgré le coût faramineux du projet, le jeu pourrait en valoir la chandelle tant les disparités de pluviométrie sont flagrantes entre les régions du Nord, qui peuvent enregistrer jusqu’à 2 000 mm de précipitations par an, et les régions du Sud, où certaines régions arides enregistrent moins de 100 mm de précipitations annuelles. La région du Centre-Ouest également, avec tout ce qu’elle compte comme agglomérations et activités économiques accuse également un déficit en ressources hydriques.

C’est donc logiquement que les régions de Tadla, Doukkala, El Haouz et Tensfit, toutes régions du centre marocain, devraient bénéficier des excédents en eau qui seront échangés entre les bassins du Sebou et de l’Oum Er Rbia qui concentrent à eux deux près de 50% des ressources hydriques du pays. Evoqué depuis les années 90, ce projet de transfert d’eau a sérieusement commencé à être étudié en 2004 avant d’être entériné et intégré dans la stratégie nationale de l’eau en 2009.
Le chantier initié conjointement par le ministère de l’Agriculture et le secrétariat d’Etat à l’eau et à l’environnement comprend un aqueduc de 500 kilomètres qui ira de l’Oued Laou au Nord au barrage Al Massira au Sud.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.