Algérie : Les travailleurs de Rouiba-Réghaïa font entendre leurs voix

Algérie : Les travailleurs de Rouiba-Réghaïa font entendre leurs voix

rouiba-reghaiaAprès un appel à la manifestation, il y a de cela deux semaines, de Mokrane Messaoudi, premier responsable de la centrale syndicale de la zone industrielle de Rouiba-Réghaïa, aux travailleurs, ce sont les délégués des travailleurs qui se sont rendus à Alger pour exprimer leurs revendications.
Fait assez rare pour être souligné, il n’y avait pas de questions salariales au menu des revendications. Les centaines de représentants des travailleurs de la zone industrielle de Rouiba présents lundi à Alger exigeaient des pressions de la part des pouvoirs publics sur les gestionnaires des entreprises publiques et privées pour qu’elles appliquent les lois 90-14, 90-11 et 83-12 relatives respectivement au droit syndical, au licenciement et à la limite d’âge de la retraite à 60 ans.
En dehors de ces revendications sociales, les représentants syndicaux espéraient également attirer l’attention sur les difficultés rencontrées par les industries algériennes qui œuvrent en dehors du domaine des hydrocarbures, des difficultés particulières ressenties à Rouiba-Réghaïa qui, forte de ses 250 000 salariés, est un des hauts-lieux de l’industrie nationale.

Dans la grande liste de ces difficultés auxquelles est confrontée l’industrie algérienne, nous pouvons retenir le manque de maîtrise des nouvelles technologies dont témoignent près de 85% des industries ainsi que la grande part dans ces industries (environ 90%) de toutes petites entreprises et de Sarl sans maîtrise du managériat stratégique.
Le système bancaire est également en cause puisqu’il n’accorde pas suffisamment de crédits, ainsi que la question foncière, et le manque d’adéquation du système socio-éducatif avec les besoins de l’industrie.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.