Alger revendique sa part dans la crise malienne

Alger revendique sa part dans la  crise malienne

00000000000000A la faveur d’une visite de travail et d’amitié au Mali, le ministre algérien des Affaires étrangères Ramtane Lamamra a rappelé le rôle significatif que l’Algérie a joué pour aider le Mali à sortir de la crise. Elle  n’oublie pas que certains de ses diplomates sont toujours retenus en otages par un groupe terroriste, mais s’engage à poursuivre ses efforts auprès de son voisin.

Ramtane Lamamra a rappelé à ses interlocuteurs rassemblés pour un point de presse à l’ambassade d’Algérie à Bamako, l’assistance logistique et matérielle que son pays a apportée aux forces armées du Mali au plus fort des combats. Cette aide s’est poursuivie à travers la formation de cadres militaires maliens dans différentes spécialités.

L’Algérie envisage à présent d’approfondir encore plus, avec une vision continentale, les relations entre les deux pays et élargir le plus largement possible le partenariat en termes de formation et de mise à niveau des instruments d’intervention dans la garantie de la sécurité collective. Dans ce cadre, elle s’engage à sécuriser ses frontières de manière à ce que son territoire ne serve pas de base-arrière aux terroristes.

La sécurisation des frontières a d’ailleurs été l’un des sujets clés de l’entretien que Ramtane Lamamra a eu avec le ministre malien de la Défense. Le ministre algérien affirme que l’engagement de son pays ne l’empêche pas de tout mettre en œuvre pour la libération de ses diplomates enlevés au Nord du Mali en 2012 et retenus depuis en otages par un groupe terroriste.

Ce rapprochement de l’Algérie avec le Mali peut être interprété comme une volonté d’Alger de tirer avantage de la couverture médiatique dont fait objet le Mali.

La communauté internationale a les yeux braqués sur le Mali à travers la problématique du terrorisme au Sahel et les Nations unies prévoient une stratégie intégrée pour le développement de la région. Le secrétaire général de l’ONU, le président de la Banque mondiale et la présidente de l’Union africaine sont attendus prochainement dans cet Etat

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.