AGOA : Washington accorde un moratoire de 2 mois à l’Afrique du Sud

AGOA : Washington accorde un moratoire de 2 mois à l’Afrique du Sud

agoaafLes Etats unis d’Amérique donnent encore 2 mois à l’Afrique du Sud pour lever ses barrières commerciales, après un premier moratoire qui a pris fin le 05 janvier dernier.

Le pays de Mandela a jusqu’au 15 mars, pour régulariser la situation pour éviter le risque d’être suspendu du traité de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Afrique (Agoa), a annoncé en début de semaine le président américain Barack Obama.

La décision américaine d’exclure l’Afrique du Sud de la liste des pays bénéficiaires de la loi sur la croissance et les opportunités en Afrique pourrait altérer les échanges entre le Swaziland et l’Afrique du Sud, a déclaré l’économiste et professeur à l’Université du Swaziland (UNISWA) Christopher Fakudze.

A compter d’avril 2016, a-t-il ajouté, l’Afrique du Sud pourrait réduire l’importation de produits agricoles en provenance du Swaziland et d’autres pays d’Afrique australe.

« Les Etats-Unis étaient l’un des plus grands débouchés des produits sud-africains, par conséquent, l’Afrique du Sud aura du mal à continuer à acheter davantage de produits en provenance d’autres pays, car son marché serait alors saturé, si elle est exclue de l’Agoa », a estimé Fakudze.

Le pays disposerait selon lui, de réserves agricoles qui l’empêcheraient d’absorber les importations en provenance d’autres pays de la région australe. Il éprouverait même des difficultés à écouler ses propres produits agricoles du fait de la taille réduite de son marché, a-t-il ajouté.

Washington et Pretoria sont engagés dans un bras de fer concernant l’importation de viande en provenance des Etats-Unis. Un accord a été trouvé la semaine dernière sur les derniers points de discorde notamment les standards sanitaires concernant la volaille, comme l’a d’ailleurs confirmé Kevin Lovell, président de l’association sud-africaine de volaille, soulignant que « Washington fait juste pression ».

L’Afrique du Sud se dit confiante, qu’elle ne sera pas exclue de l’Agoa. Les premières importations de viande américaine devraient arriver dans le pays avant la mi-mars, assure-t-elle.

Une suspension de l’Agoa pourrait coûter cher à l’Afrique du Sud qui exporte chaque année pour plus de 160 millions d’euros de produits agricoles vers les Etats-Unis, principalement du citron, des noix, et du vin.

Kayi Lawson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *