Débat à Cotonou sur l’ouverture de la CEDEAO à des pays nord-africains

Débat à Cotonou sur l’ouverture de la CEDEAO à des pays nord-africains

Une réunion Ad-Hoc d’experts sur les implications du potentiel élargissement de la CEDEAO et la Zone de Libre Echange Continental Africaine (ZLECA), se tient les 25 et 26 juin à Cotonou, au Bénin.

Organisée par le Bureau sous-régional pour l’Afrique de l’Ouest de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), cette réunion ad-hoc a pour objectif d’approfondir la réflexion sur les potentielles implications économiques et socioéconomiques de certains chantiers majeurs qui concernent la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Au rang de ces chantiers on note l’intention manifestée par certains pays de l’Afrique du Nord notamment le Maroc, d’adhérer à la CEDEAO.

Il s’agit d’une importante réunion qui se tient trois mois après la signature de la ZLECA par 44 pays sur les 55 Etats membres de l’Union Africaine. L’Afrique s’engage sur la voie de la mise en œuvre de la ZLECA, une étape importante de la création de la Communauté économique africaine telle que voulue par les fondateurs de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), estime Dimitri Sanga, Directeur de la CEA pour l’Afrique de l’Ouest.

« Nous sommes convaincus que les experts de l’Afrique de l’ouest vont donner des pistes de solutions pour mener à bien tous ces chantiers qui sont censés nous mener vers l’intégration de la sous-région et du continent dans son ensemble », a indiqué Dimitri Sanga, appelant à des discussions et réflexions dépassionnées sur les implications réelles de ces engagements afin de lever les contraintes et relever les défis qui s’imposent.

Au cours de cette réunion ad-hoc, un groupe d’experts permettra aux participants d’examiner les implications économiques en termes de flux commerciaux et de recettes publiques, d’identifier et de discuter des principaux défis et enjeux pour la CEDEAO. Le même exercice se fera également par les pays candidats à l’adhésion de la communauté.

A la fin des deux jours de travaux, des recommandations seront formulées pour un élargissement économiquement et socio économiquement avantageux pour les différentes parties et surtout pour l’effectivité de la ZLECA.

Aliste Flandrain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.