Le «Women in Business» de la BERD est désormais opérationnel au Maroc

Le «Women in Business» de la BERD est désormais opérationnel au Maroc

L’entrepreneuriat féminin marocain pourra désormais compter sur le programme «Women in Business», de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).
Ce programme qui est un mécanisme d’appui à l’entrepreneuriat féminin, a été lancé ce mardi 18 septembre à Casablanca.
Pour assurer un déploiement efficace de ce programme au Maroc, la BERD s’est alliée à deux banques locales, la BMCI et la BMCE BoA qui se sont engagées à faciliter l’accès aux financements pour les PME gérées par des femmes.
Dans l’exécution de ce programme, les femmes entrepreneures bénéficient aussi d’un accompagnement technique, d’un programme de mentorat, du networking et des formations sont également compris dans l’offre.
La directrice générale de la BERD pour la région SEMed, Janet Heckman, a martelé que le programme «Women in Business» représente pour les femmes entrepreneures une «formidable opportunité» d’acquérir les compétences, connaissances et ressources dont elles ont besoin pour créer et pérenniser leurs entreprises, surtout pour celles basées en dehors des grands centres économiques marocains.
« Notre défi à toutes et à tous est l’élimination progressive des disparités dans la répartition des ressources et opportunités entre les femmes et les hommes », a indiqué la ministre marocaine de la Famille, de la solidarité, de l’égalité et du développement social, Bassima El Hakkaoui, relevant que l’approche du programme «Women in Business» contribuera à une meilleure autonomisation économique des femmes.
« L’objectif étant, d’un côté, de faire en sorte que les femmes soient de véritables actrices de développement, et d’un autre, de protéger le droit à l’égalité », a-t-elle précisé.
La promotion d’une croissance inclusive au Maroc est une volonté partagée entre les autorités marocaines et l’Union européenne, de même que le renforcement de la participation des femmes dans la vie économique constitue un défi commun pour les deux parties, a laissé entendre, pour sa part, Alessio Cappelani, chef adjoint de la délégation de l’Union Européenne.
Notons que le programme a soutenu depuis 2014 quelque 35.000 femmes entrepreneurs et 30 institutions financières dans 17 pays et a investi dans ce sens plus de 450 millions d’euros.

Agnès Molitor

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.