Afrique : MSF plaide pour la vaccination du personnel soignant

Afrique : MSF plaide pour la vaccination du personnel soignant

L’ONG Médecins Sans Frontières (MSF) se joint au plaidoyer pour que les vaccins contre la Covid-19 soient distribués équitablement en soulignant que la priorité doit être donnée aux travailleurs de santé de première ligne et aux personnes les plus à risque de développer des formes graves et décéder de la Covid-19.

Alors qu’une nouvelle souche hautement infectieuse de Covid-19 se répand en Afrique australe, les travailleurs de la santé du Mozambique, d’Eswatini et du Malawi se battent pour traiter un nombre croissant de patients sans guère de perspectives d’obtenir un vaccin pour les protéger du virus, relève MSF.

« Nous sommes consternés par la répartition inéquitable des vaccins contre la Covid-19 dans le monde », dit Christine Jamet, directrice des opérations MSF.

« Alors que de nombreux pays riches ont commencé à vacciner leurs personnels de santé et d’autres groupes, il y a près de deux mois, des pays comme l’Eswatini, le Malawi et le Mozambique, qui luttent pour répondre à cette pandémie, n’ont pas reçu une seule dose de vaccin pour protéger les personnes les plus exposés, y compris les soignants de première ligne », se désole-t-elle.

Selon les chiffres rapportés par MSF, en Eswatini, un pays de 1,1 million d’habitants, 200 nouveaux cas sont signalés chaque jour et les décès sont environ quatre fois supérieurs à ceux de la première vague.

Au Mozambique, le nombre de cas est actuellement près de sept fois plus élevé qu’au plus fort de la première vague. « Les agents de santé tombent malades et ceux qui sont encore en poste sont épuisés », a expliqué Natalia Tamayo Antabak, cheffe de mission MSF dans le pays.

Au Malawi, le nombre de cas a augmenté de façon exponentielle en janvier, doublant tous les quatre ou cinq jours. « Si le Malawi disposait de 40 000 doses de vaccin, nous pourrions au moins commencer par vacciner les soignants dans les principales zones de contamination du pays », a déclaré Marion Pechayre, cheffe de mission MSF au Malawi, prévenant que «sans cela, la situation sera bientôt intenable».

Alors que le Mozambique, l’Eswatini et le Malawi sont privés de vaccins, les nations les plus riches accumulent les doses dans l’objectif de vacciner d’autres groupes que ceux prioritaires, a dénoncé MSF.

De ce fait, l’organisation demande aux producteurs de vaccins de donner une priorité aux pays qui se trouvent dans le besoin urgent de protéger leur personnel de santé.

Aliste Flandrain

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.