CGGI : Le Rwanda, le Botswana et le Maroc dans le Top 3 africain dans la bonne gouvernance

CGGI : Le Rwanda, le Botswana et le Maroc dans le Top 3 africain dans la bonne gouvernance

L’Indice Chandler Good Government (CGGI), qui classe les pays en termes de capacités et de résultats gouvernementaux, a été lancé ce lundi 26 avril 2021 à Singapour.

Pour cette édition 104 pays ont été pris en compte dont 22 pays africains, qui se sont contentés des places dans la seconde moitié du tableau. Un top 50 où ne figure aucun pays africain.

Selon ce classement basé sur plus de 50 sources de données, le Rwanda est le premier pays africain en termes de gouvernance. Il a été classé au 53ème rang mondial, suivi du Botswana (56ème) et du Maroc (61ème), pour le Top 3 africain.

Viendront ensuite dans l’ordre l’Afrique du Sud (70e), le Sénégal (71e), le Ghana (72e), l’Egypte (73e), la Tunisie (75e), la Namibie (76e), le Kenya (81e), la Tanzanie (83e), l’Ouganda (84e), le Malawi (90e), l’Ethiopie (93e), l’Algérie (94e), la Zambie (95e), le Burkina Faso (96e), le Madagascar (98e), le Mali (100e), le Mozambique (101), le Nigeria (102) et le Zimbabwe (103).

«Les pays bien gouvernés attirent les capitaux et les talents, ce qui favorise l’innovation sur le marché, conduisant à des entreprises fortes et à des économies dynamiques. Cela permet à son tour un plus grand investissement dans les services publics, créant un cercle vertueux», a fait remarquer Richard F. Chandler, fondateur du Chandler Institute of Governance.

Le top 20 est dominé par l’Europe et l’Amérique à l’exception de l’Australie et du Japon, qui se sont frayé un chemin. Le trio de tête est composé de la Finlande, première du classement, la Suisse (2e) et le Singapour (3e).Le classement mondial est refermé par un pays latino-américain, en occurrence le Venezuela.

Le CGGI se concentre sur sept piliers, à savoir, le leadership et la prospective, la robustesse des lois et des politiques publiques, la solidité des institutions, la gestion financière, l’attractivité du marché, l’influence et la réputation mondiale.

Kayi Lawson

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *