L’union franco-allemande décide de sauver la Grèce

L’Europe décide finalement de venir en aide à la Grèce, dont l’état ne cesse de se détériorer, et cela selon un plan préventif visant à rassurer les marchés et à permettre à la Grèce de redresser sa situation financière.

Ce plan a été élaboré essentiellement par la France et l’Allemagne, suite à des négociations ardues menées depuis plusieurs jours entre Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel. Ce compromis franco-allemand a été ensuite accepté par les 16 pays de l’Eurogroupe pendant la réunion d’urgence qui avait eu lieu le jeudi 25 Mars.

Permettre des prêts à des taux raisonnables est le but d’après ce plan là, vu la dégradation financière de la Grèce qui l’a mise dans une situation difficile.

Ces prêts seront accordés, aux deux tiers, par les membres de la zone euro dans le cadre de prêts bilatéraux, alors que le tiers restant sera assuré par le FMI qui propose des taux intéressants.

Il faut signaler aussi que le montant maximum qui peut être accordé à la Grèce serait compris entre 20 et 25 milliards d’euros, sachant que la Grèce a besoin d’environ 20 milliards d’euros pour couvrir ses échéances d’avril et mai. Quant au FMI, il pourrait accorder jusqu’à 15 milliards d’euros.

Néanmoins, La Grèce ne pourra y faire appel qu’en dernier ressort, en clair seulement si les seize pays de l’euro constatent – à l’unanimité – qu’elle ne peut pas se refinancer sur le marché.


                                                                                              Afaf Nassiri

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.