Algérie : Le Pakistan intéressé par le gaz naturel liquéfié

Algérie : Le Pakistan intéressé par le gaz naturel liquéfié
algerie-gnlEn marge de la réunion de la deuxième commission mixte algéro-pakistanaise qu’il a coprésidé avec Hussain Asim, le ministre pakistanais du Pétrole et des Ressources naturelles, Mustapha Benbada, le ministre algérien du Commerce, a annoncé l’examen en cours du projet d’un terminal de regazéification du GNL (Gaz Naturel Liquéfié) à Karachi, au Pakistan.

Des discussions ont eu lieu dans ce sens entre des cadres algériens du ministère de l’Energie et des Mines et leurs homologues accompagnants le ministre pakistanais. Parmi ceux-ci, Hamid Khan, le directeur général du pétrole au ministère pakistanais du Pétrole et des ressources naturelles, a déclaré que la capacité du terminal à créer devrait être déterminée après la réalisation de l’étude technique mais estime d’ores et déjà son coût à environ 1.5 milliard de dollars. Ce projet est bien évidemment extrêmement important pour le Pakistan, très intéressé par le GNL algérien, mais également pour l’Algérie qui cherche à diversifier ses débouchés pour cette énergie. La Sonatrach, l’entreprise publique algérienne du secteur du pétrole, quatrième exportateur au monde de GNL grâce à une capacité de production d’environ 30 milliards de m3 de gaz liquéfié, souhaiterait, selon le ministre algérien de l’Energie et des Mines Youcef Yousfi, élargir sa liste de clients.
Celle-ci compte actuellement parmi les plus importants la France, la Belgique, la Turquie, l’Espagne, l’Italie les Etats-Unis, la Grèce et le Royaume-Uni. La Sonatrach s’attaque donc à un marché asiatique actuellement dominé par le Qatar. Un groupe d’experts pakistanais devrait arriver à Alger dans les prochaines semaines pour approfondir les discussions.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.