Mali : Les événements récents et leurs conséquences en pertes dans le privé

Mali :  Les événements récents et leurs conséquences en pertes dans le privé
reaoSelon M. Djibril Baba Tabouré, président de la représentation malienne du Réseau de l’Entreprise en Afrique de l’Ouest (REAO-Mali), « le secteur privé malien dans son ensemble a beaucoup souffert de la crise que traverse le pays ».

En effet, le jeudi 22 mars dernier, des militaires rebelles ont renversé les institutions dirigées par le président Amani Toumani Touré. Ce qui a provoqué l’isolement du Mali sur la scène internationale. Ce n’est qu’au milieu de la semaine dernière qu’un accord a été trouvé entre les putschistes et la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) Bien que le Mali soit sur la voie du rétablissement et de la stabilité, le mal est déjà fait : on a répertorié, dans le secteur du privé, des actes délibérés de destruction de matériel, la contrainte de restreinte dans la liberté de circulation des biens et des personnes et la suspension d’un bon nombre d’activités. Le privé  « sort totalement affaibli de la crise», pense M. Baba Tabouré.

Jusque-là, la seule perte estimée est celle essuyée par le groupe AMI spécialisé dans les produits de première nécessité. Elle s’élève à 350 millions de FCFA (700 000 dollars américains). Pourtant, ce secteur s’est révélé être un modèle dans l’économie malienne. C’est son dynamisme qui générait le développement du Mali. Pire, l’administration, qui devait jouer le rôle d’accompagnatrice, a également été perturbée par les mêmes évènements. A présent, le responsable de REAO-Mali plaide pour l’implication du secteur privé à cette période de transition. Malgré l’importance du privé au Mali, il reste quasiment taciturne sur les grandes questions.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.