L’Algérie invitée à lever le pied sur ses dépenses

L’Algérie invitée à lever le pied sur ses dépenses
karim-djoudiKarim Djoudi, le ministre algérien des Finances, a affirmé que les fortes dépenses engagées ces dernières années par le pays font approcher l’économie algérienne d’un niveau alarmant. Sa déclaration, hier, à la sortie du Conseil de la Nation confirme le rapport annuel de la Banque d’Algérie sur l’économie algérienne.

L’institution financière y fait état d’une progression des dépenses budgétaires de 28.3% en 2011 contre 5.2% en 2010, pour s’établir à près de 72.3 milliards de dollars US. La cause principale de cette formidable envolée provient des dépenses de fonctionnement qui ont été les plus importantes de la décennie. Karim Djoudi préconise la plus grande prudence en matière de dépenses, surtout après voir précisé que les dépenses de fonctionnement avaient atteint cette année leur plafond. La situation n’en est pas dramatique pour autant. En effet, les dépenses de fonctionnement particulièrement, qui pèsent tant sur le budget, devraient se réduire dès l’année prochaine étant donné que les rappels au titre des régimes indemnitaires et statuts particuliers ne sont pas renouvelables. Les dépenses d’investissements devraient également baisser puisqu’il ne resterait plus que 13% du budget consacré au plan d’investissement public 2010-2014.
Pour les dépenses d’équipement, les nouveaux projets seront étudiés au cas par cas. Mais le ministre des Finances insiste sur le fait que cette recommandation de prudence est très loin d’une proposition d’un plan de rigueur budgétaire qui aurait des conséquences négatives sur la croissance économique, l’emploi et les revenus.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.