Tunisie: L’agriculture résiste aux troubles politiques

Tunisie: L’agriculture résiste aux troubles politiques
obgL’Oxford Business Group (OBG), qui s’est spécialisé dans l’analyse des investissements sur les marchés émergents au Moyen-Orient et en Asie, vient de publier un rapport sur les investissements et la production agricoles en Tunisie.

Ce rapport démontre que le secteur agricole se révèle une valeur sûre pour l’économie tunisienne malgré les troubles politiques de l’année dernière. La révolution du Jasmin et les agitations sociales qui l’ont suivi n’ont pas empêché le secteur agricole d’engranger près de 290 millions de dollars US d’investissements selon l’APIA (Agence de Promotion des Investissements Agricoles). Et le bon comportement du secteur semble se confirmer cette année encore. Le mois passé, l’APIA annonçait que les investissements approuvés pour le premier trimestre de l’année en cours dans le secteur agricole étaient en hausse de 5.21% et de 1.23%, respectivement par rapport à 2011 et à 2010. Ils s’élavaient à cette date à près d’1.3 million de dollars US. Le rapport d’OBG s’intéresse également à l’activité agricole elle-même ainsi qu’à sa part dans l’économie. L’agriculture, qui est le seul grand secteur primaire en Tunisie, contribue à environ 14% du PIB (Produit Intérieur Brut). Le secteur emploie 20% de la main d’œuvre totale et génère 14.3% des exportations tunisiennes totales.
La quantité de produits agricoles commercialisés depuis le début de la saison agricole cette année s’élève à 14 000 tonnes,  en progression de 17% par rapport à la même période de la même année précédente. Toutefois, malgré ces bons résultats, OBG estime que le secteur gagnerait en efficacité avec une libéralisation plus poussée des échanges commerciaux.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.