Tourisme 2010: Et c’est reparti…

Un nouvel épisode de lamentations redémarre. Les hôteliers et les voyagistes marocains semblent faire long feu cette saison. Et cette fois, ce n’est pas la conséquence du manque de subventions, des charges fiscales trop élevées, ou de la politique gouvernementale, mais plutôt à cause du mois sacré.

Et oui ! Ramadan débarque en pleine haute saison, et coïncide avec le mois d’aout, traditionnellement, celui du pic touristique. Ce qui implique, selon les professionnels du tourisme une baisse de 50% de leur activité.

 Ils sont conscients de cette réalité, mais se gênent- ils d’engager des changements ? Pas vraiment. Tous les efforts sont destinés aux étrangers qui sont majoritairement chrétiens, et pour qui l’idée de passer des vacances dans un lieu ou un touriste ne pourra pas être gâté, n’est pas très ingénieuse.

Ceux-ci hors compte, il ne reste que la clientèle marocaine et les MRE : une cible reléguée aux oubliettes. En effet, aucune peine n’a été entreprise afin de pousser celle-ci à voyager ou à réserver pendant ce mois. Les prix flambent, et les promotions et offres ne sont pas de menu. Tout ce qui fait de quoi renoncer.

Cela devrait certainement pousser les responsables à réfléchir. Soit compromettre la différence pas très considérable, qu’ils pourraient supporter au cas où ils décident de continuer à tourner ; surtout que le mois sacré compte leur faire la même surprise pour les cinq années à venir ; soit baisser les rideaux et déclarer la catastrophe. A eux de voir…


Riham Barbouch

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *