La mine d’uranium Dasa du Niger sera dotée d’une centrale électrique hybride à l’horizon 2023

La mine d’uranium Dasa du Niger sera dotée d’une centrale électrique hybride à l’horizon 2023

La compagnie minière Global Atomic a confié à l’entreprise Enernet Global la mission de développer une solution électrique hybride pour assurer les besoins énergétiques de la future mine d’uranium Dasa du Niger.

La centrale hybride qui sera opérationnelle d’ici 2023, fournira «16 MW d’énergie solaire avec un système de stockage d’énergie par batterie de 15 MWh». Il est également prévu une centrale diesel de secours de 16 MW.

«Ainsi, 35% de l’énergie qui alimentera la mine proviendra de sources renouvelables et cela devrait réduire de 27.000 tonnes les émissions annuelles de carbone» émises par la mine d’uranium Dasa, explique les services techniques de l’Etat nigérien.

«Nous nous sommes engagés à faire de Dasa le plus grand et le plus riche producteur d’uranium d’Afrique et Enernet nous aidera à devenir l’un des leaders de l’industrie minière en matière de faibles émissions», espère Stephen Roman, PDG de Global Atomic.

La société Enernet a déjà entamé une étude d’ingénierie préliminaire qui comprend l’optimisation de la solution, la sélection des équipements, la conception préliminaire et la configuration de la connexion au réseau de Sonichar, l’entreprise publique nigérienne en charge de l’électricité.

Une étude qui, en principe, devrait être achevée fin 2022 et permettre à Enernet de commencer la construction de la centrale, qu’elle devra entretenir une fois fonctionnelle, selon les termes de l’accord.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.