Tunisie : Ramener la paix sociale dans les entreprises

Tunisie : Ramener la paix sociale dans les entreprises
ugtt-uticaPointée du doigt en raison de l’agitation sociale qui a entraîné bon nombre de grèves et de sit-in dans les  entreprises installées en Tunisie depuis la révolution de janvier 2011 et minée par des conflits internes, l’UTICA a décidé de réagir. Lors d’une conférence de presse mercredi 7 mars dernier à la centrale de l’UTICA (Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat), Wided Bouchamoui, la présidente de la centrale patronale, a présenté les actions entreprises par son institution pour corriger le tir.

A l’issue d’une récente rencontre entre des représentants de l’UTICA et de l’UGTT (Union générale des Travailleurs Tunisiens), une sorte de pacte social a été instauré et un comité représentant l’UTICA et l’UGTT chargé de résoudre les conflits sociaux et ainsi assurer le minimum de stabilité sociale nécessaire au bon fonctionnement des entreprises a été institué. Toutes ces mesures sont autant de signes forts adressés aux investisseurs étrangers. Pour résoudre ses conflits internes, l’UTICA a entrepris des congrès régionaux pour l’élection de nouveaux bureaux. Dix nouveaux bureaux ont déjà vu le jour après 11 congrès organisés et 13 autres congrès doivent  avoir lieu avant le 19 avril prochain. Et pour éviter définitivement la poursuite des conflits entre ses fédérations, l’UTICA un mis en place un comité indépendant d’observateurs, de magistrats, d’hommes de loi et d’universitaires chargés de régler les litiges électoraux.
La présidente de l’UTICA a également appelé l’Etat à résoudre au plus vite le cas des 462 hommes d’affaires interdits de voyage en attendant que la lumière soit faite sur les accusations de malversations et de corruption qui pèsent sur eux.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.