Tunisie: Succession délicate pour le nouveau gouverneur de la BCT

Tunisie: Succession délicate pour le nouveau gouverneur de la BCT

assemblee-nationale-constituanteL’Assemblée Nationale Constituante (ANC) a validé à 97 voix pour et 89 contre la nomination de Chedly Ayari au poste de gouverneur de la BCT (Banque Centrale de Tunisie). Le vote validé avec cette petite majorité montre à quel point la question divise.

 

Beaucoup se posent la question de savoir si Chedly Ayari, 78 ans, a les aptitudes nécessaires pour se faire à la situation socio-économico-politique actuelle de la Tunisie. Certes, il dispose d’une longue expérience, notamment en tant que ministre de l’Économie entre 1972 et 1974 sous la présidence d’Habib Bourguiba et ancien président de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique. Mais voilà plus d’un quart de siècle qu’il n’a plus exercé de responsabilités majeures. De plus, sa nomination survient dans un contexte délicat, le départ controversé de l’ancien gouverneur Mustapha Kamel Nabli. Celui-ci avait pourtant à sa charge un bilan plus qu’honorable étant donné la situation particulière de la Tunisie. Il était parvenu à maîtriser l’inflation, l’intérêt et le taux de change, même pendant les troubles politiques. Il était également parvenu à préserver l’économie réelle qui ne s’est contractée que de 2.2% en 2011 en injectant des liquidités suffisantes au système bancaire. Ces faits d’armes lui avaient valu la distinction du meilleur banquier africain pour l’année 2012.

Selon l’agence de notation Moody’s, son limogeage a un impact négatif sur la crédibilité de la Tunisie, déstabilise les investisseurs et est source de craintes pour l’indépendance vis-à-vis des politiques de la BCT, un élément pourtant clé dans la notation souveraine de la Tunisie.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.