Le chômage en Europe : l’Allemagne fait-elle l’exception ?

La question du chômage en Europe n’est pas une nouveauté. En effet cette calamité qui ne cesse de ralentir le développement de l’économie européenne se stabilise aujourd’hui à un pourcentage de 10% au mois de Mars 2010, le taux de chômage corrigé des variations saisonnières demeure en effet identique à celui du mois de février.

Un an plus tôt, ce taux était en revanche inférieur, à 9,1%. Celui de l’Union européenne dans son ensemble est un peu inférieur, à 9,6% en mars 2010, également inchangé par rapport au même mois de l’année précédente, souligne Eurostat ce vendredi.

Il est à noter que les jeunes sont les plus touchés par le chômage, avec un pourcentage de 19,9% dans la zone euro, et 20,6% dans l’UE. Et le taux de chômage chez les femmes est légèrement supérieur à celui des hommes avec une différence de 0.1% (10.1% contre 10%).

La zone euro compte 15 millions de chômeurs en Mars, 23 millions pour l’Union européenne. Parmi les pays qui ont été gravement atteint, L’Espagne, où le ministère de l’Economie a annoncé ce vendredi une forte hausse du chômage au premier trimestre 2010, celui-ci franchissant pour la première fois la barre des 20%. Un très mauvais chiffre, qui reflète la situation pénible que vit le pays en ce moment. Or, Les analystes de BNP Paribas anticipent cependant un ralentissement de la progression du chômage dans les mois à venir, une nouvelle lénifiante qui vient rassurer le gouvernement espagnol.

Tandis que tous les autres pays voient leur taux de chômage augmenter du fait de la crise économique, l’Allemagne est par contre le seul pays de l’UE à avoir enregistré une baisse de son taux de chômage, reculant de 7,4% à 7,3% sur la période de un an. « Le ‘miracle de l’emploi’ allemand continue », a commenté Heinrich Bayer, économiste de Postbank. « La baisse du nombre de sans-emplois est incroyablement forte, surtout si l’on prend en compte l’ampleur de la baisse d’activité économique à laquelle on a assisté. »

Plusieurs indicateurs économiques ont toutefois montré récemment que le nombre de demandeurs d’emploi a diminué beaucoup plus qu’attendu en avril en Allemagne et l’économie reprenait peu à peu de l’élan: le moral des chefs d’entreprise a ainsi atteint en avril son plus haut niveau depuis près de deux ans, dépassant les prévisions les plus optimistes.


Afaf Nassiri

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.