Libye : Des combats provoquent la fermeture d’un important site de pétrolier

Libye : Des combats provoquent la fermeture d’un important site de pétrolier

Des habitants et des médecins ont rapporté que de violents affrontements ont opposé ces derniers jours des rebelles Toubous aux forces de sécurité dans le sud de la Libye, faisant un bilan de 12 morts.

rebelles-Toubous
Les combats ont éclaté mercredi dernier par une attaque par des rebelles Toubous d’un poste de police d’Oubari, près du gisement pétrolier d’El Charara, le plus important du pays, non loin de Sebha, la principale ville du Sud libyen. Cette attaque est intervenue après l’échec d’une opération menée par les rebelles Toubous pour faire passer clandestinement d’Algérie en Libye certains membres de leur tribu.

Le gisement d’El Charara a été fermé à cause des dégâts liés aux combats. Cette fermeture ne devrait pas manquer de se ressentir sur l’ensemble du pays puisque le pétrole tiré d’El Charara représentait avant sa fermeture 200 000 des 870 000 barils/jour par la Libye, et acheminé un peu partout à travers le pays. La situation pétrolière de la Libye est encore aggravée par la fermeture de la raffinerie de Zaouiya, dans le nord du pays, également alimentée par le pétrole d’El Charara, suite à des dégâts causés sur une de ses installations de stockage.

Les Toubous sont sortis de l’ombre à la faveur de la révolution libyenne. Cette population noire a été marginalisée pendant les quatre décennies de dictature du Colonel Mouammar Kadhafi avant de prendre une part active dans la révolution. Des tensions avec la communauté arabe ont alors apparu, au point d’amener en 2012 le chef Toubou de l’époque, Issa Abdelmajid Mansour à menacer de demander l’indépendance de la Libye du Sud à l’instar du Soudan du Sud qui avait obtenu la sienne peu de temps auparavant.

Martin Levalois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.